Ce cade est estimé avoir entre 350 et 400 ans

Il est classé comme"Arbre Remarquable" sur la commune de La Livinière.

Le cade (Juniperus oxycedrus) encore appelé genévrier cade, cadelle, cadenelle, oxycèdre, cèdre piquant ou petit cèdre est un arbrisseau typique de la garrigue méditerranéenne. Il se retrouve dans tout le bassin méditerranéen car assoiffé de lumière et de chaleur. Il se plait sur les terrains rocailleux et secs. Il est aussi fréquent que son cousin le genévrier commun, dont on ramasse les baies, appelées baies de genièvre, pour des fins culinaires (choucroute). On différencie le cade du genièvre par les deux lignes blanches sur ses feuilles (le genièvre n’en a qu’une).

 Les baies du cade sont d’abord vertes, puis changent de couleur pour devenir orangées, et enfin, brunâtre à maturité. Elles ne se retrouvent que sur un cade femelle. Elles sont deux fois plus grosses que celles du genévrier commun. C’est en Corse et en Sardaigne que les baies du cade sont les plus utilisées en cuisine pour relever le gibier. Les baies sont aussi utilisées pour la fabrication d’alcools. En macération, elles complètent les baies et agrumes utilisés pour la fabrication de gin.

 Les cades sont dioïque : il y a des spécimens femelles et d’autres mâles.

 Le cade a un bois très dur et quasiment imputrescible. Il est utilisé comme antimite naturel. Les familles provençales en faisaient brûler dans la cheminée pour désinfecter l’atmosphère et éloigner les insectes.

 Lorsqu’ils étaient poursuivis par les soldats d’Hérode, Marie et Jésus s’étaient réfugiés dans des branches de genévrier. Depuis, cet arbre est devenu un symbole d’asile. Aujourd’hui encore, les lièvres se cachent dans les genévriers pour qui l’odeur des « baies » déroute la meute des chiens.

Le cade était désigné au Moyen Age « l’arbre des sorcières » pour ses multiples vertus.

 L’Huile Essentielle de Cade renferme trois principaux actifs, dont les phénols, les sesquiterpénols et sesquiterpènes. Ses propriétés anti-inflammatoires la rendent utile pour le traitement des douleurs articulaires, les inflammations cutanées et certaines infections. L’huile essentielle est extraite par distillation de toutes les parties du cade, à la vapeur d’eau. Elle entrait dans la composition des parfums de l’Egypte antique.

L’Huile de Cade est une oléorésine, réputée depuis des siècles. Dans les campagnes, elle était utilisée diluée dans l’eau pour rincer les cheveux, pour donner une chevelure brillante. Elle était aussi employée pour ses vertus cicatrisantes chez l’homme et les animaux. Elle ne s’utilise pas directement sur la peau. L'huile de cade était extraite par combustion incomplète dans des fours en pierre, construits dans les bois près des végétaux. Les Grecs et les Romains l’utilisaient pour la toilette des défunts.

La poudre de bois de cade est connue pour être un encens naturel. Elle a un pouvoir assainissant, bactéricide et purifiant. Au Moyen Age, elle sera d’ailleurs largement diffusée pour ces propriétés lors des grandes épidémies de peste et de choléra.

 Un peu de magie verte

Le cade élimine les vibrations négatives, purifie et protège. Il brise les sorts et les envoûtements. Ses vibrations solaires encouragent la créativité. Il est utilisé pour la protection, contre les voleurs, pour l’amour, la sante, l’exorcisme. On en accrochait des branches aux portes pour empêcher le mal de rentrer. Porter sur soi un rameau de cet arbre protégeait des accidents, des bêtes sauvages, des fantômes et des malaises. Le cade était aussi ajouté aux « potions d’amour » et les baies ont un effet positif sur le potentiel masculin. Il aide à accroître ses pouvoirs psychiques ou rompre les malédictions.





 

 

 

 

© Association Florir