Bâties en élévation comme une capitelle, les garennes sont constituées d’un genre de bassin cylindrique creusé dans le sol, où arrivent plusieurs conduits souterrains bâtis en pierres sèches débouchant à l’extérieur de la capitelle, cette dernière étant équipée d’une porte. Les lapins vivaient et se reproduisaient dans ces terriers artificiels, bien au sec et à l’abri des prédateurs. Quand une envie de civet titillait le propriétaire, il bouchait les sorties extérieures, lâchait un furet dans le réseau de conduits et, armé d’un gourdin, attendait les lapins apeurés débouchant dans le « bassin » de la capitelle.





 

 

 

 

© Association Florir